Ces blagues qui nous collent à la peau

Aujourd’hui est une belle journée. Le printemps est là. Je décide de sortir pour profiter du bon air. J’enfile une mini-jupe, un haut sans soutif, me maquille par envie. En me regardant dans le miroir, je me plais. 
J’arrive tranquillement dans un parc où petit-es et grand-es se promènent, jouent. Un petit garçon me coupe la route avec sa poussette. Je m’arrête alors et m’aperçois que deux hommes discutent vivement sur un banc. Je m’assois auprès d’eux et entame la conversation. Nous débattons, écoutant avec respect, chacun de nos arguments. Puis, je les salue et prend le chemin du retour en sifflant gaiement.
Arrivée devant mon immeuble, je tiens la porte et aide un papa à porter ses courses. Chez moi, un délicieux petit plat m’attend. Je m’installe et m’en sers deux portions. Repu, je m’affale sur le canapé et regarde le plafond pensive. Ma vie est chouette. J’ai du temps. J’ai un travail avec un bon salaire. Je peux compter sur mes ami-es, mon couple, mes voisin-es, mes collègues,… Je me sens bien. J’ai confiance en l’avenir. Je vais donc arrêter ce blog. 

Soudain, je sens quelque chose qui me gêne dans mon dos. Je me retourne, et vois un poisson en papier collé sur mon haut. C’est une blague… Une vaste blague… 

La réalité est tout autre : charge mentale, harcèlement de rue, violence conjugale, sexisme, discrimination, etc. Cette réalité est solidement construite à partir de faux concepts, d’idées reçues, de stéréotypes qui relèguent chaque individu à un espace clos défini selon ses caractéristiques physiques, culturelles, morales, sexuelles, etc. Il est réduit à une série de clichés, banalisés dans l’imaginaire collectif, qui le contraint dans son épanouissement personnel. Or, ce sont ces clichés qui s’avèrent être de vastes blagues ! Ces clichés qui définissent les « femmes », principalement basés sur le sexe et les corps, en sont un bon exemple. Comme ce mois de la blague a 30 jours, voici 30 « farces » qui nous collent à la peau comme des poissons en papier dans le dos : 

Toutes des emmerdeuses 
Toutes fragiles
Toutes sensibles
Toutes bavardes
Toutes jalouses 
Toutes des mères
Toutes capables de faire deux choses à la fois
Toutes des petites filles calmes
Toutes des hystériques
Toutes des hétéro
Toutes disponibles
Toutes des victimes
Toutes pas drôles
Toutes des blondes
Toutes ignardes
Toutes au régime
Toutes au shopping
Toutes bonnes
Toutes des salopes
Toutes mal-baisées
Toutes des princesses 
Toutes féminines
Toutes épilées
Toutes des mauvaises conductrices
Toutes à la cuisine
Toutes aux courses 
Toutes responsables
Toutes des caissières et infirmières
Toutes des fées du logis
Toutes à la maison

Alors, qu’en pensez-vous? Hilarant, n’est-ce pas? Affligeant peut-être? 

Trèves de plaisanterie ! Votre individualité est votre force. Débarrassons-nous de ces poissons dans le dos !

(Et tant que le sexisme persistera, je continuerai ce blog !)

Laisser un commentaire